AFTAM

Cette plaque a été apposée au mur de l’entrée du Centre de Grand Cormier cette semaine. Elle a suscité beaucoup de salives. La signification du sigle AFTAM a remporté la palme des questions restées sans réponses. La Feuille du Grand Cormier se propose de répondre à ces différentes interrogations. En ce qui concerne l’AFTAM, elle a visité pour vous, le site internet et voilà ce qu’elle en ait retiré.

 

AFTAM

Origine et Missions

En 1962

L’A.F.T.A.M., « Association pour la Formation des Travailleurs Africains et Malgaches », naît dans le sillage de la décolonisation. Ses fondateurs, avec Stéphane Hessel, leur premier Président, veulent aider les ressortissants des anciennes colonies devenues indépendantes à acquérir par la formation une qualification utile au développement de leur pays lors de leur retour au village d’origine. Mais, très vite, l’hébergement et l’accompagnement social des Africains devenus étrangers en France et résidant souvent dans des conditions insalubres, va devenir une priorité : «il faut inventer un type d’hébergement collectif qui sauvegarde les traditions villageoises, et donner la possibilité aux travailleurs immigrés de vivre simplement mais dignement pour pouvoir soutenir financièrement leurs compatriotes restés au pays».

Dès 1964-65

L’A.F.T.A.M. se met alors en quête de vastes locaux, d’usines désaffectées pour les transformer en foyers dortoirs. En 1968, elle gère déjà 9 foyers et plus de 2 000 lits. Son service emploi permet à 1 800 Africains de trouver un emploi. Parallèlement, le service social organise des actions de prévention sanitaire et fait bénéficier de soins à plus de 1 000 personnes. Enfin le service enseignement suit 1 200 stagiaires en formation. La « machine Aftam » est lancée avec les principales composantes de son activité future. 

1974

Date de l’arrêt officiel de l’immigration. Quand son Président, André Postel-Vinay, Directeur de la population et des migrations, devient Ministre chargé des travailleurs immigrés, l’Aftam gère plus de 30 foyers et 8 000 lits ; son département formation assure alors plus de 200 000 heures stagiaires par an (une heure stagiaire correspondant à une heure de formation pour un stagiaire).

1975

Avec la chute de Phnom Penh et de Saïgon, et 2 ans après l’arrivée des réfugiés latino-américains du Brésil et du Chili, la France accueille les réfugiés du Sud-Est Asiatique de l’ancienne Indochine. L’Aftam répond à l’appel du gouvernement et ouvre ses premières unités d’accueil pour réfugiés reconnus sous protection internationale. Aujourd’hui, l’Aftam gère 27 Centres d’accueil pour demandeurs d’asile (« C.A.D.A. ») et 5 Centres pour réfugiés politiques (« C.P.H. »), de tous pays et de toutes origines, mettant en œuvre une réponse à ceux qui, persécutés, «ont droit d’asile sur le territoire de la République ».

Les années 80

Tout en maintenant son activité d’hébergement de migrants, l’Aftam s’ouvre aussi à l’accueil des populations marginalisées, exclues du marché de l’emploi, sans ressources ou sans logement. Elle ouvre des Centres d’hébergement et de réadaptation sociale («C.H.R.S.») ; mais surtout, par la formation, elle touche les publics de bas niveau de qualification et passe de 700 000 heures stagiaires à 1 600 000 heures par an. Plus de 100 formateurs aident les personnes démunies à réintégrer la vie active.

Cette activité sociale va encore se développer et se diversifier, en s’appuyant sur les partenaires associatifs locaux et les collectivités territoriales, surtout dans les autres régions, hors Ile-de-France, où l’Aftam est implantée.

1992

L’Aftam ouvre son premier centre d’hébergement pour travailleurs handicapés mentaux et, ayant pris la mesure du problème de vieillissement de ses résidents, prend en charge la gestion d’équipements médico-sociaux, en particulier deux maisons d’accueil pour personnes âgées dépendantes (« M.A.P.A.D. »).

En 2000

 Avec plus de 850 salariés, ses 85 établissements et services implantés dans 20 départements, l’Aftam garde l’esprit de service public qu’elle a eu dès l’origine. En veillant à l’équilibre économique de ses activités, elle affirme ainsi sa rigueur de gestionnaire, soucieuse de la bonne utilisation des fonds publics. Elle tient sa force et sa vitalité de son indépendance associative qu’elle veut garder comme garante de son développement au service des plus démunis et des exclus.

L’année 2000 voit la mise en place de la nouvelle organisation interne, qui repose sur l’intégration de l’ensemble des activités au sein de la filière exploitation. Le projet d’entreprise associative

(« PEA ») est également lancé cette année.

En 2008

L’Aftam compte près de 1 800 salariés et plus de 160 sites. Son secteur médico-social s’est enrichi récemment de deux nouvelles entités : un accueil de jour pour personnes atteints de troubles de type Alzheimer (à Aulnay-sous-Bois) et un foyer d'accueil médicalisé pour adultes sourds et aveugles.
Son pôle hébergement a pour sa part crû de plusieurs sites, à Paris notamment.
Nous distinguons maintenant quatre pôles d'activité parmi nos prestations : habitat social adapté, hébergement social, action médico-sociale et promotion sociale.

Nos axes de développement

Les perspectives de l'Aftam évoluent : en 2000, notre projet d'entreprise associative recensait nos grandes orientations. En 2003, nous l'avons évalué. En 2007, nous l'avons rénové.

Vers une dynamique de codéveloppement

... Depuis sa création en 1962, l’accueil et la formation des travailleurs migrants en France constituent le fondement de l’action de l’Aftam. ...
.... Ainsi, sur la base de notre engagement historique à l’égard des
travailleurs migrants et des orientations de notre projet d’entreprise associative 2007, nous nous engageons dans une dynamique de codéveloppement à travers entre autres, la participation au financement de projets de développement socio-économiques dans les pays d’origine des résidents de nos foyers et résidences sociales, viviers de solidarités. ...

...Appel à projets de codéveloppement Sur la base de son engagement historique à l’égard des travailleurs migrants et des orientations de son projet associatif, l’Aftam lance un appel à projets de solidarité internationale ouvert jusqu’au 1er avril 2009. ...

...Plan de traitement des foyers : à Paris, le défi, bientôt réussi ? 24 établissements dont 22 inclus dans le plan de traitement des foyers de travailleurs migrants : pour l’Aftam, Paris est un défi. ..

 

 Copyright © La Feuille du Grand Cormier -Tous droits réservés.

 

L'Équipe Rédactionnelle : De La Feuille du Grand Cormier n'est pas responsable des textes....


Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique au Webmaster.
Dernière mise à jour le : 28 mars 2011.